Toz li Washington

Wa li malyoun Washington, Wa li ‘umala Washington, Wa li atba’ Washington

“Je n’ai peur de rien, je paierai le prix qu’il faut pour rester ici. J’ai mon fusil et je combattrai jusqu’à la dernière goutte de mon sang… » Moamar al Kadhafi.

Des dizaines de milliers de chars, autant de canons, des milliers d’avions de combats, plus d’un million de soldats mobilisables par les pays du golfe, en dehors des armes de réserve…
Mais ou sont donc toutes ces forces ? Ou bien sont-elles seulement organisées en commandos aux visages anonymement barbares, chargées d’aller semer zizanie et désordre dans des pays relativement apaisés ou même sur leurs propres populations ?

Quant à leurs pays, ne peuvent-ils avoir une autre utilité que de servir base arrière de lancement d’attaques incessantes contre tous les pays dits récalcitrants ? Bases de bombardiers et autres engins de combat étasuniens ou de l’Otan ?
Depuis 1984 la Palestine et les palestiniens ont plus sacrifié et combattu que toutes ces armées réunies.
Qui combat en Palestine, qui combat en Tchéchène, qui combat en Afghanistan, qui combat au Liban, en Irak…? Le peuple encore et toujours ?

Des peuples orphelins de leurs gouvernements, orphelins de leurs leaders, orphelins de leurs terres, orphelins de leurs armées, orphelins de leurs abondantes richesses, orphelins de leurs enfants, orphelins de leurs savants, orphelins de tout…marqués par le sceau de la douleur, de la peur, et du sang… mais si riches de Dieu et de leurs convictions pour lesquelles il ont tant payé et pour lesquelles ils continuent de donner sans faillir et sans céder.
Haragas, immolés, boat people, suicidés, kamikazes, déportés, exilés…Ils ont pour seul arme et boucliers leurs corps martyrisés et l’espoir d’un peu de dignité.

« Toz li hamir al khalij », vassaux de l’Occident et du néo colonialisme rampant.
D’où vient cette lâche impuissance polymorphe qui prend l’habit d’une complicité active et sans limite ? Si la honte et l’ignominie pouvaient tuer, ils en auraient été foudroyés, décomposés et jetés depuis bien longtemps dans les poubelles et autres rebus non recyclables de l’histoire de l’Humanité.
Vassalisation, mise à disposition, collaboration… Même si certains y voient une différence, le résultat quant à lui est sans nuance : le feu, la terreur, la destruction et le sang.
Comptait-on acheter notre complicité ou notre silence affecté, en lançant notamment le fond d’investissement de 50 millions d’euros injectés dans des projets économiques présentés par des jeunes socialement défavorisés ?
Peut-être y aurait-on vu, en d’autres temps, sous d’autres hospices, une entrée en demeure intéressante sauf qu’aujourd’hui ces démarches ne sont pas sous-tendues par une noble idéologie et des objectifs économiques réels, mais bien par la fébrilité compulsive d’individus repus mais traqués par leurs propres hantises, leurs propres peurs, leurs propres démons.
Pensent-ils atténuer leur traitrise en prodiguant quelques dollars souillés du sang de millions d’innocents dont on ne respecte même pas les corps déchiquetés ?

Pensent-ils pourvoir essuyer leur crime et s’acheter une « virginité démocratisante » en se dotant de parcelles de France et de Navarre, pour lesquels comblent de l’ironie ils ne sont mêmes pas imposables !
Transformée en destination de rêve, Dubaï symbolisera bientôt la gouvernance de rêve, le modèle religieux de l’orthodoxie bienpensante, bobo et rentière etle pays phare d’une démocratie à l’orientale, après Israël bien sûr !
Israël et la force de frappe de son arsenal nucléaire, qui refuse toute inspection sur son territoire et qui crache sur tout et piétine tout sur sa route…
Israël dont les premiers représentants étaient des terroristes et dont aucun pays arabe n’a demandé la destitution comme ils la réclament aujourd’hui pour la Syrie, le Yémen ou l’Iran ??

Pourquoi couvrir, cautionner et alimenter une guerre d’invasion qui ne dit pas son nom ?

Le changement du drapeau libyen en est tout un symbole. Destituer le drapeau vert symbole de l’Islam, du panarabisme et de la « révolution du peuple » pour rehausser le drapeau du symbole de la monarchie renversée en 1969, est de ce point de vu tout à fait symptomatique.
On retrouve non plus le symbole d’un peuple unifié mais celui de trois provinces traditionnelles représentées chacune par une couleur. Autrement dit le symbole de la politique de division qui représente depuis les accords de Sykes-Picot la principale politique de l’Occident à l’endroit des pays arabes notamment.?

Pourquoi sommes-nous dans la clarté de nos convictions, plus timides vis-à-vis de l’Iran ? Est-ce du au fait que les iraniens soient majoritairement d’obédience shiite ? La vérité serait-elle si incroyablement absurde, révoltante et amère ?
Sauver sa peau dans l’éventualité d’un futur paradis acquis, en acceptant que le quotidien de millions d’humains se transforme en enfer… Cela n’est pas sans rappeler la politique de division et d’excommunions et autres chasses aux sorcières : Kadhafi en enfer, Fahd et al Khalifa al Thani au paradis…?
Dans le même ordre d’idées, doit-on rappeler que la Libye en majorité fatimide n’a jamais bénéficié des bonnes grâces de ses « amis » arabes…. Ceci expliquerait-il cela ?

Qui sont donc tous ces gens qui ont décidé de porter le débat non plus, comme il est enseigné en Islam, sur le terrain du combat pour la justice et la dignité mais plutôt sur les croyances des uns et des autres et particulièrement sur les divergences concernant les conceptions anthropomorphiques, littéralistes, interprétatives… concernant Dieu, sans aucune critique possible de la méthodologie des uns et des autres, dans un brouhaha théologique créé, alimenté afin de maintenir une approche qui est en fait plus idéologico-politique que foncièrement religieuse et soucieuse d’une sincère approche de Dieu afin de mieux l’aimer et être aimé.

Noyé dans une approche pseudo scientifique mais qui ne respecte en rien la rigueur méthodologique et déontologie ou probité intellectuelle, on évoque des versets ou des hadiths excommuniant 90% des musulmans et prétendant que la soumission au gouvernant même pervers, est une obligation énonçant par là une allégation dont ils doivent amener les preuves. On saupoudre ensuite le tout de l’avis d’ « éminences » bienveillantes qui usant de métaphores tonitruantes comme, « pharaon » « taghut » pour les uns, omettent de qualifier la gouvernance de tous les autres…?

Ce n’est pas le rince doigt qui fait les mains propres ni le vote qui fait une démocratie et encore moins le label qui fait le tyran ou le bon musulman.

« Apportez vos preuves si vous êtes véridiques »

Le Coran est une révolution qui est venue libérer l’humanité de toutes les théocraties et les pouvoirs qui s’instituent en intermédiaires entre Dieu et l’homme.
Que ne nous rappelle t-on pas plutôt l’enseignement du Prophète de l’Islam qui a dit : « Par Dieu n’est pas croyant, celui qui dort repus alors que son voisin est affamé » Ou encore : « Par Dieu vous n’atteindrez pas la croyance jusqu’à ce que vous aimiez pour votre frère ce que vous souhaitez pour vous-même »?

La vraie question est : appartenons-nous à la nation humaine ou n’y appartenons-nous pas ? Voulons-nous y impulser au nom de nos convictions et de notre foi, un élan salvateur qui débarrassera l’histoire de tous les usurpateurs de liberté, de justice et de dignité ? Quelles armes nous reste-t-il avant le lynchage et la mise à mort ?
Est-il utile de parler de la nième loi anti musulmans visant à interdire le port du voile aux assistantes maternelles, votée en première lecture d un Sénat qui, rappelons-le, avait basculé il y a peu en faveur de la gauche !
Comment ne pas relever le commentaire d’un des parlementaires suite lors des débats, à quelques contestations : « Madame Laborde a le droit d’exprimer son opinion » Je ne savais pas qu’on élisait nos représentants afin qu’ils expriment leur opinion ???
Je rends ici hommage à Etienne Chouard, professeur d’économie, qui a le mérite d’avoir remis à l’ordre du jour le débat et la réflexion sur les règles de la Démocratie et l’application réelle de ces règles dans les systèmes démocratiques actuels en y incluant la notion majeur de « tirage au sort ».?

Tous les militants quittant les partis dont ils sont adhérents… pourras-t-on le voir un jour se réaliser ? D’autant que les élus aujourd’hui sont les élus d’un pays qui a désormais perdu ses principaux critères de souveraineté : il n’est plus maitre de sa monnaie ni de son armée et encore moins des lois qui régissent les relations et européennes et internationales !
Pourquoi ne pas envisager par ailleurs une sanction économique et culturelle … L’arme des désarmés avant même l’avènement du Prophète de l’Islam Mohammed, Paix et salut de Dieu sur lui . Privilégier la langue arabe, le chinois, ou que sais-je. Boycotter les sorties, les films… consommation minima, commerce ethnique…
Autant de pistes qu’il nous faut envisager en attendant que tel un conteur des milles et une nuit, l’histoire égrène ses jours, avant la nuit fatale de la guillotine ou des longs couteaux…

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *