La grève de la faim ou jeûne protestataire

La grève de la faim,

Martyre ou damnation ?

ISBN: 979-10-97032-02-9
Décembre 2016
362 pages


Description de l’ouvrage

La grève de la faim ou jeûne protestataire

La grève de la faim ou jeûne protestataire est un acte qui ne laisse pas indifférent… Est-ce un acte efficace, libre et sans risque ? À travers cet ouvrage, notre auteure explore la question en revenant sur l’histoire de la grève de la faim, sur son rapport avec la non violence, et sur Gandhi qui a rendu cette action populaire. Mais elle aborde surtout la question du jeûne protestataire, de manière insolite à travers l’Islam. Elle consacre un chapitre entier à la notion de lutte ou jihad, dans le Coran et la tradition prophétique pour déterminer si la grève de la faim peut être considérée comme une forme de combat ? Elle interroge sur l’effort de réflexion ou ijtihad qui doit être accompli par les ulémas et juristes musulmans qui pour l’heure condamnent en grande majorité la grève de la faim. Notre auteure passe ainsi en revue les arguments des uns et des autres. Cet ouvrage, qui a donc pour axe central la grève de la faim sous tous ces aspects (plus de 500 notes de bas de page), permet de mener une réflexion sur le statut de la grève de la faim en islam, qui amène in fine à s’interroger sur les modalités d’un renouveau de la pensée islamique.

Lire un extrait

Commander ici

Ne faut-il pas s’insurger à priori, et de façon définitive contre toute forme de violence qu’elle soit psychique ou physique ?

Une puissance ou un individu qui s’impose par la férocité de son armée, sa puissance de feu, par sa force physique ou mentale, ne peut irrévocablement être cautionné.

Cette violence érigée aujourd’hui en arts majeurs dans lesquels on s’essaie et se parfait, ne présage rien de bon pour notre fragile humanité.

En ce sens, la grève de la faim interpelle nos consciences. Pourquoi un individu s’inflige-t-il une telle violence ? Quelles sont les intentions et les motivations objectives de son acte ? Quelles sont, par-delà toutes les considérations subjectives et personnelles du jeûneur, l’efficacité et la légitimité d’une grève de la faim ?

On lutte généralement contre ce qui prend le contrepied de nos convictions ou heurte notre morale. Existe-t-il aujourd’hui, dans le contexte qui est le nôtre, un moyen efficace d’exprimer un profond désaccord ? Y-at-il encore une façon infaillible de s’opposer à l’innommable sans mettre sa vie en danger ? Malgré de multiples fatwas interdisant la grève de la faim, peut-elle malgré tout s’imposer comme une arme de lutte ou jihad ?

Licite ou illicite ? Choix délibéré ou contrainte ? Acte d’ultime recours ? La fin qui justifie les moyens ? C’est tout cela que cette étude essaie de déterminer, en passant en revue l’univers de la grève de la faim à travers l’histoire du phénomène et les différents avis religieux divergents ou concordants sur la question pour, au-delà de sa perception publique, en comprendre les mécanismes complexes.


Entre le marteau et l’enclume, en l’occurrence entre le joug de l’Occident, et l’oppression des despotes et des savants du pouvoir coupés des vrais problèmes, les pays arabes majoritairement musulmans se débattent avec une pratique qui a perdu son efficacité à changer les cœurs et à déplacer les montagnes, et avec des tentatives d’émancipation souvent réprimées dans le sang.

La réflexion subversive de Faouzia Zebdi-Ghorab sur l’Islam, où la grève de la faim n’est qu’une base de départ est une tentative de penser les modalités d’un renouveau de la pensée islamique. La question lui permet de revisiter tous les intégrismes ou archaïsmes qui empêchent les musulmans de prendre le chemin d’une foi qui donne du sens à la vie, et redonne vie aux arts qui jusqu’alors habitaient leur quotidien.

 

Lire un extrait

Commander ici

Avis de lecteurs

2 réponses

  1. Maghlaoui Farhat dit :

    Moi même ex détenu politique dans les geôles du pouvoir Algérien je fut par deux fois confronté à la question d’entreprendre ou non une grève de la faim pour que je sois jugé. La première fois, ce qui m’avait dissuadé de le faire c’était le fait que je ne pouvais avoir une fetwa d’en dehors de la prison du fait que j’étais dans un isolement total. Dieu le tout puissant m’avait alors gratifié de sa clémence puisque je fut libéré suite à un non lieu rendu par le juge d’instruction. La deuxième fois c’était dans  » l’enfer  » des camps du sud ou j’étais déporté en  » détention administrative  » disait la loi. Donc je ne peut être jugé, et encore moins, connaitre mon sort. Le  » conseil des prisonniers  » avait alors décidé d’entreprendre plusieurs actions pour qu’on soit jugés immédiatement , à défaut libéré sans conditions. L’une des actions était la grève de la faim dont j’étais l’un des volontaires pour l’entreprendre. Là, se sont confrontés deux avis contradictoires sur la licité ou non de cette action. Elle fut finalement abandonnée afin d’éviter la division des rangs face à l’oppresseur. Néanmoins il m’est resté une profonde conviction que ce qui avait partagé les gens sur cette question c’était plutôt l’appartenance de chaque groupe à une école de pensée qu’à une recherche éclairée sur la question. Depuis, les événements aidant et se succédant, ont fait que je ne me suis plus intéressé de près à cette question jusqu’à ce que je tombe sur votre page Facebook. Ceci me pousse donc à vous demander, sans abuser de votre temps et en vous remerciant à l’avance, de m’éclairer un peu plus sur ce sujet. Si je vous fait cette demande c’est parce que je réside dans un pays ou on ne peut acheter à distance un livre qui ne coûterait ne serait qu’un Euro. Merci encore, Madame.

    • faouziafzg dit :

      Monsieur, bonjour Assalam’alaikum

      Même si d’aucuns n’ont pas vu l’intérêt d’un tel ouvrage, ce sujet était pour moi une question cruciale et dans le contexte arabo musulman actuel plus que jamais. Et votre message en est aussi la preuve.

      Je pense sincèrement que mon ouvrage devrait être mis entre les mains de tous mais des musulmans en particulier dans cette atmosphère de cacophonie que nous connaissons.
      Je suis sure en toute modestie y avoir apporté une étude exhaustive du sujet sur tous les plans éthiques religieux, politique….

      Il s’agit d’une étude sérieuse qui peut servir de base à une vraie réflexion et remise en cause de certains avis ou fetwas sur la question
      Comme vous n’êtes pas le seul à m’exprimer le souci de la distribution en algérie, l’idéal serait que vous trouviez un libraire qui accepte de recevoir quelques exemplaires de mon livre pour qu’il puisse aussi être distribué en Algérie avec l’espoir qu’il soit enfin traduit en arabe car il s’agit d’une travail de prospection qui apporte de véritables éléments au débat.

      Bien cordialement
      Faouzia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *