Mon agenda

Formation 2018-2019

Chemin du cœur et sagesse spirituelle

Ce séminaire de formation a pour but d’aller à la découverte de la cartographie de l’âme humaine et de son extraordinaire disposition à cheminer vers l’illumination et le bien. Ce but est une véritable mission qui nécessite deux choses : se connaitre sincèrement (SINE CERA), et maitriser son ego afin d’apprendre à en briser les miroirs déformants. Se connaitre vise deux objectifs fondamentaux : se voir tel que l’on est réellement et développer son être réel, son moi intérieur permanent. Désirs, instinct, raison, envie, volonté… Qui est le chef d’orchestre de cette grande symphonie qui peut se transformer en cacophonie si le chef d’orchestre est un charlatan qui a usurpé la place du vrai chef d’orchestre, créant ainsi le déséquilibre de la boussole intérieure ? Tout travail de polissage ou purification consiste donc à identifier l’ego (nafs), à le purifier, puis à le contrôler afin qu’il devienne le support du service spirituel. D’où l’urgence de redécouvrir cette boussole intérieure, cette identité profonde, cette nature primordiale, qui est la seule à pouvoir réinjecter du sens à la vie de l’individu, et à donner la force de comprendre afin d’apprendre à mieux apprécier qui nous sommes et apprécier la vie qui nous a été donnée. Trouver la force nécessaire pour continuer et conforter ce qu’il y a de bien et de bon en nous, et trouver la lucidité de ce qui est une entrave à notre bonheur ici-bas et dans l’au-delà. Aller de son moi égotique et tyrannique vers son moi spirituel. Voilà l’itinéraire de ce merveilleux voyage du cœur vers son lieu privilégié c’est-à-dire vers Lui.

Formation 2017-2018

Approche linguistique du Coran

Lexique et argumentation du discours coranique.  Partir en quête de la compréhension du Coran sur le plan linguistique consiste à le questionner sur le sens qu’il faut donner à des notions fondamentales dont le bonheur, la liberté, la volonté, le désir…  Pour quoi et non pourquoi car pour quoi est une question sacrée qui appelle une réponse autrement plus essentielle. Elle appelle une finalité c’est à dire un savoir être au monde et à ses réalités. La question du pour quoi afin que notre univers reste humain, moral et divin.  Pour quoi ? Parce que le Coran nous dit la Vérit non pour apprendre à la répéter mais pour la vivre. Pour quoi ? Parce que sur 77.339 mots il y a 854 occurrences autrement dit 11% du Coran, sont des mots dérivés de la racine ‘alima qui veut dire savoir. Comment ? En partant de la compréhension du Coran en le questionnant mot après mot et en se disant que chaque mot est adressé personnellement à chaque individu de la création.

Formation 2016-2017

Le phénomène coranique

Le message coranique, quel impact ? Les miracles ou messages des autres prophètes sont clos. Mais celui du Prophète de l’islam se répète chaque jour car chez lui le miracle et le Message se confondent. Le message est un miracle. Son miracle est le Message. Quelle analyse faisons-nous de ce phénomène ? Que comprenons-nous des signes de ce miracle?  Ces signes étaient plus aisés à lire à l’époque du Prophète en raison de leur maitrise légendaire de la langue arabe. Mais cela signifie t-il qu’ils sont devenus opaques pour les musulmans qui ont suivi ou vont suivre? La réponse est bien évidemment non, puisque Dieu  a facilité la compréhension de Son message afin qu’il soit un rappel pour l’humanité; Et toutes les sciences développées par l’homme doivent devenir des outils à la rescousse de cette compréhension. Le Coran comme phénomène unique doit ainsi être étudié à la lumière de tout ce qui pourrait contribuer à en éclairer le sens et donner à l’âme la capacité de discernement, de bonté et de bienveillance.

Formation 2015-2016

Analyse du récit sur le premier meurtre de l’humanité

Dieu s’adresse à l’homme par paraboles ou par signes que l’homme aura en charge de  comprendre. Le récit du premier meurtre de l’Humanité commun au trois traditions monothéistes en fait partie. Quelle fut L’interprétation des uns et des autres, et la construction de l’imaginaire qui en a découlé notamment dans la tradition chrétienne. Quelle fut la lecture de ce récit dans la tradition musulmane. Quelles sont les degrés d’interférences de l’interprétation judéo-chrétienne dans l’explication qui en est faite aujourd’hui par les musulmans ?