L’Homme religieux est Homme et religieux tout à la fois. Vers une éthique humaine et spirituelle

Le travail social et plus simplement la Vie m’ont appris l’Humilité (ce qui ne signifie en rien que je sois humble, loin de moi cette prétention) et m’ont montré que quelque soit l’amertume de ce que nous vivons, celle-ci est souvent dérisoire face à celle que peuvent vivre certains hommes et certaines femmes.
Cela m’inspire cet extrait de « De l’amour et de la solitude d’André Comte-Sponville : « On m’a rapporté qu’un jour André Malraux interrogea un vieux prêtre, pour savoir ce qu’il restait de toute une vie de confesseur, quelle leçon il tirait de cette longue familiarité avec le secret des âmes…
Le vieux prêtre lui répondit : « je vous dirais deux choses : la première , c’est que les gens sont beaucoup plus malheureux qu’on ne le croit ; la seconde, c’est qu’il n’y a pas de grandes personnes. C’est beau, non ? Le secret c’est qu’il n’y a pas de secret. Nous sommes ces petits enfants égoïstes et malheureux, pleins de peur et de colère… »

Ceci pour dire que derrière nos affirmations assénées, nos positions fermées, nos postures que nous élevons à l’état de dogme, nous cachons souvent un entêtement voire des incertitudes quant il ne s’agit pas d’émotion ou de simple polémique. Ceci dit pour le domaine du religieux plus que pour tout autre domaine. L’Islam n’étant point épargné il connaît lui aussi des courants de pensées qui préfèrent le terrain de la confrontation et de l’opposition plutôt que celui de la discussion.

Mais tout ceci ne dessert il pas la cause de l’Islam, puisqu’il permet d’occulter ses idées maîtresses qui méritent halte, méditation et propagation.

L’Islam est la religion de l’universalité, autrement dit elle s’étend à tous et à tout. Il fut envoyé à l’Humanité entière dans sa diversité ethnique, linguistique et culturelle. L’Islam est la Vie dans tous ces aspects, corporel, rationnel et vie spirituel.

Se consacrer par exemple au seul aspect corporel et négliger complètement tous les autres c’est se mettre au niveau des créatures qui ne veulent écouter que à leurs simples besoins vitaux.

Se consacrer au seul aspect rationnel de son être en mettant entre parenthèses ou en veille les deux autres dimensions, c’est je pense, perdre l’objectif fondamental de la science ou du domaine dans lesquels on désire se spécialiser ou tout simplement travailler.

Se consacrer au seul aspect spirituel à un niveau aussi élevé soit il, et considérer que tous les autres aspects de notre personne s’inscrivent dans cette seule et même quête c’est négliger là il me semble son rôle social et plus simplement son rôle d’Homme.

L’Homme religieux est Homme et religieux tout à la fois

C’est pourquoi nous ne pouvons insister sur une de ces qualités plutôt que sur une autre ; voire en bannir une au profit des deux autres.

L’Homme est matière et se meut dans un monde de matière duquel il ne peut se libérer.

Il est lié à une situation historique et sociale qu’il doit intelliger, c’est-à-dire comprendre afin de pouvoir l’influencer dans le sens qu’il sait être le meilleur.

Et il a une âme dont la seule nourriture est spirituelle et c’est là que réside le principe essentiel de son être.

Dieu a établi des bases, des principes qui ne se modifient ni en fonction du temps ni en fonction du lieu. Ce sont les credo de la foi auxquels croit tout musulman qu’il soit du nord, du sud, de l’est, de l’ouest. Ces principes doivent être acceptés tels qu’ils ont été révélés.De même dans le domaine des actuels cultuel, il n’y a pas de place à la réflexion personnelle.Dieu, lorsqu’Il a établi la prière du vendredi, le jour du vendredi, n’a permis à personne de réunir les croyants plutôt le dimanche sous prétexte que seul le dimanche est un jour férié dans les sociétés occidentales. De même que dans les actes cultuels, il ne nous sera jamais permis de faire 4 rakaa pour le fajr sous prétexte qu’en nous réveillant nous nous sentions en pleine forme physique.

Et de même qu’il y a des choses immuables, il est d’autres domaines dans lesquels Dieu a laissé une certaine liberté et une certaine latitude pour la réflexion et l’opinion.

Sans cela l’Islam par ses enseignements et ses méthodes, n’aurait pas été valide en tout temps et tout lieu.

Sans cela l’individu musulman n’aurait jamais pu œuvrer historiquement en marquant son temps et sa société. Autrement dit l’individu musulman se doit de chercher le bonheur ici bas en même tant qu’il est en quête du bonheur de l’au delà

L’islam a institué les rapports du musulman avec un autre musulman ou une musulmane, le non croyant ou les gens de la protection (dhimmi), l’ennemi et l’hypocrite.

Et si Dieu s’est tu à propos de certaines choses ça n’est pas par oubli mais par Misécorde pour nous ses créatures.
Tout ceci n’interdit pas que celui qui ait envi de se pencher plus particulièrement sur l’aspect spirituel et y trouve son équilibre le fasse. De même celui qui désire se préoccuper par exemple de la situation de la femme et de son statut dans Islam. D’autres désirent orienter leur action vers la réprimande du mal et l’encouragement ( da’wa) au bien et rien ne l’empêche.

La spécialisation dans un domaine n’est pas condamnable pourvu que le but reste celui de l’appel au Bien et au bien être de tous.

Par contre il n’est du droit de personne de dénigrer les groupes qui désirent jouer un rôle social afin de libérer les hommes des esclavagismes de la société moderne.

De même qu’il n’est du droit de personne de dénigrer d’autres groupent qui désirent jouer un rôle plus spécifiquement éthique dans cette société.

Le travail de chacun d’entre nous , musulmans, mérite notre attention car il représente une contribution bénéfique à la communauté musulmane soucieuse d’apporter des solutions aux diverses crises, voire conflits qui la secouent.

Nous devons simplement considérer qu’il s’agit d’un des nombreux aspects et affaires variées de l’Islam.

Il devient donc inutile de préciser que ce que chaque groupe ou individu fait, à son échelle, éclaire un des aspects de l’Islam mais n’est pas Tout l’Islam

Je déplore vraiment cette compétition qui éparpille les énergies des musulmans à une période ou leur synergie devient vitale

De nombreux domaines laissent la porte ouverte à la diversité et à la complétion, notamment dans le domaine culturel et social. Sans cette diversité de point de vue d’une personne à l’autre et d’une affaire à l’autre, la communauté musulmane aurait vécu une pétrification des esprits et un immobilisme économique, politique et social. Travailler à purifier notre âme est un devoir indéniable. Mais débarrasser la société des injustices qui la pourrissent et qui engendrent tant de souffrances et de larmes est aussi un devoir.

Autrement dit tout comme il est du devoir de chacun d’orienter l’âme pour la libérer des maux qui la rongent, si le musulman ne s’engage pas à réfléchir sur les moyens qu’il faut mettre en œuvre pour orienter justement les structures sociales et étatiques, qui le fera et qui oeuvrera pour la réalisation de la vertu islamique.

Assumer les défis de la modernité tout en préservant très fort le lien de la spiritualité n’est ce pas ce pourquoi nous avons été créés ?

J’assistais il y a très longtemps à une conférence durant laquelle on demanda au conférencier s’il était possible de se raser la barbe si cela nous empêche de trouver un travail.

Et après des années je me souviens encore de sa réponse et du silence de plomb qui s’en suivit : « Mais je ne comprends c’est Allah qui donne le travail et Allah il décide donner avec ou sans barbe »

Cette réponse est édifiante quant on sait que « fiqh » signifie compréhension et donc réponse adaptée après compréhension des textes et exigences du monde. Mais il faut préciser que les majami’a el fiqhiya sont plus qu’au fait de fiqh al waqi’ et il suffit pour cela de voir l’utilisation judicieuse, de l’Internet et des hautes technologies pour être rassuré s’il était besoin de l’être. Ce qui tranche d’une époque ou certains hommes de l’empire ottoman interdisaient l’utilisation de l’imprimerie alors qu’en Andalousie les musulmans vulgarisaient déjà l’emploi industriel du papier et de sa fabrication.

L’Islam par le biais du fiqh devient pragmatique c’est de la « réal gestion » de la vie en quelque sorte.

C’est le juste équilibre ou l’adéquation entre l’éthique et le réel.

Laissons à l’Histoire le soin de s’écrire et d’écrire les concrétisations et bienfaits des uns et des autres.

Et apprenons à lire et à retrouver dans l’Histoire ce qui a fait la grandeur de l’Islam : son pouvoir libérateur.

La religion est libératrice. Elle nous libère des idoles de l’aliénation mentale et nous apprend entre autres choses qu’Allah ne change pas la situation d’un peuple, tant que ce peuple ne s’est pas changé lui-même.

La colonisation, l’aliénation, l’oppression ne sont pas une fatalité et ne doivent encore moins être vécus comme tels.

Il nous faut sortir rapidement de l’émotion et de la polémique pour trouver ensemble les voies d’un monde meilleur en attendant d’accéder au meilleur des mondes.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *