Légitimer ou condamner le port du voile intégral. Cela relève t’il de la compétence des parlementaires ?

Faut il légiférer sur le port du voile intégral ?

A la lecture des différents exposés qui ont été fait devant la commission chargée des auditions, le sujet a été abordé essentiellement sous l’angle parfois moral, souvent féministe ou quelque fois sécuritaire.

Pour répondre à l’opinion des certaines féministes inquiète de la liberté de ces femmes, je dirais que le voile intégral est assumé par ces femmes qui le portent, voire conçu comme émancipateur.

Le voile intégral se présente donc comme un phénomène social qui ne se pose pas en terme négatif ou anti moderniste, mais en termes de liberté, de choix et d’émancipation

J’avais dit, à l’époque du débat sur le voile, que « chaque foulard est une histoire ».

Et bien je dirais aujourd’hui la même chose pour le voile intégral « chaque voile intégral est une histoire » :

 

  • Il peut être le signe d’une rébellion symbolique ;
  • Il est dans la majorité des cas un acte de piété, dans le désir de plaire à Dieu ;
  • Il peut être l’expression de l’ultime liberté dans le sens où certaines se considèrent plus féministes que les féministes, plus libres que cetaines parlementaires et moi même;
  • Il peut être aussi le signe d’une distinction sociale et d’appartenance sectaire au sens sociologique du terme

 

L’argument selon lequel cette tenue les coupe du monde en a fait sourire plus d’un et plus d’unes et pas seulement parmi celles qui le portent.

Non pas qu’il s’agisse là d’une contre vérité, mais venant de la bouche de celles et ceux qui depuis toujours n’ont pas arrêté de les stigmatiser, elles et leur parents, cela fait tristement sourire.

Toutes ces jeunes, et tous ces jeunes, ont toujours exprimé le désir de participer à un destin commun, au vivre ensemble tout simplement, mais le prénom, leur couleur de peau, leur origine sociale, et aujourd’hui leur religion…

Discrimination, exclusion, marginalisation, violence physique et verbale, rejet, violation des libertés individuelles, abus en tous genres …climat d’islamophobie avérée par des faits graves…racisme , délit de faciès ( exclusion des sorties scolaires, cantines, stand kermès, conseils de classes…).

Qui s’est coupé de la société, qui a exclu l’autre… ?

« Des Forces occultes liées à l’intégrisme islamiste » n’est qu’un fantasme aux relents racistes.

Alors que nous demande-t-on aujourd’hui ?

On nous demande de réfléchir avec un pistolet sur la tempe, en menaçant de déployer comme en 2004 l’arsenal législatif pour faire plier les individualités.

Pourtant l’Histoire nous apprend qu’une loi qui n’est pas le résultat d’une lutte sociale est vouée à faire des dégâts :

Je vous rappelle les effets désastreux de la loi du 15 mars 2004 dont on attend toujours le bilan qui devait être fait rendu bout d’un an :

 

  • Des jeunes filles ont quitté l’école, seul véritable lieu d’émancipation et d’intégration ;
  • Certaines portent maintenant le Niqab ;
  • Beaucoup œuvrent à la création d’écoles musulmanes ;
  • Repli communautaire ;
  • Revendications identitaires affirmées, à l’instar du débat actuellement en cours sur « l’identité nationale »…

 

Il s’agit d’un échec dont on n’a pas fini de mesurer les effets…

Quelles conséquences pour une loi contre le voile intégral ?

Elle sera vécue comme une Loi liberticide et d’exclusion.

Elle sera vécue comme une injustice supplémentaire non pas à l’endroit de ces femmes seulement mais de tous les musulmans : 300 cas isolés attireront la sympathie de 6 Millions de musulmans non pas au nom d’un communautariste exacerbé mais au nom d’une soif de justice convoitée sans succès depuis des dizaines d’années.

Car nous souffrons trop de discrimination pour accepter que d’autres la subissent même si nous ne partageons pas leur point de vue.

En tant qu’acteurs sociaux il faut que nous soyions de tous les combats, c’est la garantie de la crédibilité de tous.

Racket, incivilités, échec scolaire, tabagisme, toxicomanie, alcoolique violence à l’égard des élèves, des enseignants, chômage au dessus de la moyenne nationale dans beaucoup de quartiers, absentéisme, démotivation totale…

Cela serait une erreur que de trouver dans ce débat une cause mobilisatrice, elle ne mobilise personne sinon un débat qui se fait sur un plan strictement politico médiatique.

Il n’y a pas de modèle prétendument supérieur, il y a un devise républicaine : liberté, égalité, fraternité.

La fraternité est une dimension du cœur qui ne s’imposera jamais par les discours et une armada juridique mais par l’éducation et le dialogue et le souci véritable d’une cohésion nationale à travers des valeurs communes.

Nous avons organisé dimanche 06 , une fête associative qui a réuni plus de mille personnes : noirs, blancs, arabes, non arabes, musulmans, chrétiens, athés, de tous les quartiers, des femmes, avec un foulard, sans foulard, avec le voile intégral et oui ….

Nous mettons ainsi en œuvre le 3ème terme de la devise républicaine  » la fraternité », cette dimension de cœur sans laquelle liberté et égalité ne pourrons jamais se réaliser.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *