Jean Lassalle, un politique qui a désespéré de la politique ?

Lui, définit son geste comme porteur d’un « message d’espoir. »

Sur un plan purement philosophique nous pourrions aussi le concevoir.

Rappelons nous en son temps la célèbre phrase d’un poète et écrivain :

« Mourir pour des idées, l’idée est excellente,

Moi j’ai failli mourir de ne l’avoir pas eu »

Sur un plan plus politique ce geste est un symbole, un signe fort mais il est avant tout le signe d’un malaise grave.

En grève de la faim pendant plusieurs semaines, ce député UDF a voulu manifester par cet acte, son refus de la précarité économique et du désespoir social pour 150 habitants de sa commune des Pyrénées atlantiques.

En effet l’entreprise qui employait ces hommes et ces femmes menaçait de fermer suite à une délocalisation certes « larvée » comme le précise ce député mais qui aboutira selon lui, sur le long terme aux mêmes résultats.

Si nous ne devions retenir de cette histoire- dont la fin a eu un dénouement heureux et nous nous en réjouissons- si nous devions donc en retenir qu’une chose, c’est que pour des milliers de français cela risque de symboliser la faillite du politique.

En effet on peut se poser la question : s’agit-il du dernier échelon sur l’échelle des actions politique ?

Bien sur que non mais dans ce cas là ce geste n’anhilite t’il pas la portée de l’action politique.

Cela veut t-il dire que la possibilité de changement devra passer par ce mode de revendication ?

Cela doit il devenir un mode général d’action et non un acte isolé ?

Autant de questions que cette page de l’histoire politique française notre pays aura suscité chez nous simples citoyens..

Autrement dit Que pouvons nous encore aujourd’hui espérer.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *