Hommage à Hind

Hind, mon enfant, ma chérie, que Dieu Tout puissant te couvre de sa Miséricorde et t’apporte la paix que les hommes en devoir de le faire sur cette terre, n’ont pas su te procurer.

Il pleure et ne cesse de pleurer sur Nanterre et sur toutes les villes de France endeuillées de la mort de notre chaire, de la mort de notre progéniture.

Pourquoi ? Ne demandez pas pourquoi , mais demandons-nous plutôt comment ?

Comment de jeunes dans la fleur de l’âge en arrivent-ils à penser que la vie ne vaut plus la peine d’être vécue ?
Comment de jeunes dont la vie encore longue devant eux, choisissent d’y mettre fin d’une manière lente ou d’une manière plus brutale ?

Quant cesserons-nous de fermer les yeux en pensant qu’en les fermant nos consciences sont disculpées de toute responsabilité ?

Je pleure ma chère Hind mais pas de ton devenir car tu es entre les Mains de Celui qui t’a Crée et vers Lequel toutes les âmes devront retourner.

Je pleure de mon sentiment d’impuissance.
Je pleure de ce sentiment de colère face à l’injustice violente dont tous les jeunes défavorisés font l’objet.
Je pleure de ce qu’encore aujourd’hui, 3ème génération, nous en soyons encore à tenter de tisser une union microscopique, embryonnaire, aux avortements sans cesse répétés.

Dieu fasse seulement que les quelques larmes que nous verserons sur ces corps fragiles, nous lavent un peu du lourd fardeau de responsabilité que nous portons et que nous continuerons de porter jusqu’à ce qu’enfin sans préjugés sur nos jeunes, en les accompagnant avec compréhension et amour nous sachions leur redonner le goût de la vie et du combat.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *